Question?
Quel pourcentage de nos ordures provient des milieux de travail?
Réponse...
Quoi de neuf?
FAQ
Plan du site
Nous joindre
MRC
Trucs & astuces
Les 1 001 trucs du compostage domestique

Quelle quantité de pelures de fruits et légumes, de coquilles d'oeuf,
de sachets de thé ou de marc de café votre ménage produit-il
à chaque semaine ? Ce ne sont pas des déchets mais bien
des matières organiques précieuses pour la santé de vos
plantes extérieures.

En effet, plus de 40 % du volume de votre sac vert peut se transformer en amendement organique naturel pour le sol grâce au compostage. Le compost résulte de la décomposition des matières putrescibles comme les pelures de fruits et légumes, les feuilles et les résidus de jardin sous l’action des différents organismes naturellement présents dans le sol.


Le compostage est bon pour l'environnement, votre portefeuille

et pour vos plantes !


Cette pratique permet de réduire la pollution liée à la décomposition des matières organiques, de remplacer l’usage
des engrais chimiques toxiques et d’avoir un jardin et des plates-bandes en santé.

Faire du compost est simple, la décomposition se produit naturellement!

 

Consultez notre capsule vidéo sur la recette du compost.



Afin d’accélérer le processus et d’éviter les odeurs, suivez ces quelques règles simples :

 

  • Matières à composter : Consultez l'aide-mémoire sur le compostage domestique pour connaître la liste des matières organiques recommandées. Pour accélérer la décomposition, coupez les gros morceaux de fruits et légumes tels que les épis de maïs avant de les déposer dans le composteur.
  • Équilibre : La clé du succès, c’est d’établir l’équilibre carbone/azote dans le composteur. Pour se faire, utilisez deux parts de matières riches en carbone, « les bruns », telles que les feuilles mortes, avec une part de matières riches en azote, « les verts », comme les restes de fruits et légumes. Ajoutez des couches de matières vertes et de matières brunes en alternance.
  • Aération : L’oxygène est un élément essentiel à la décomposition. Il est donc important d’aérer son tas de compost
    au moins une fois aux deux semaines. C’est simple, il suffit de faire des trous avec un aérateur, une fourche ou une pelle.
    Il n'est pas nécessaire de retourner le tas de compost car trop d'aération peut même ralentir le processus.
  • Décomposeurs : Les micro-organismes jouent un rôle important dans le processus de compostage. Par leurs activités,
    ils aident à la décomposition. Un seul gramme de compost peut contenir des milliers de champignons et bactéries !
    Pour faciliter leur entrée dans le tas de compost, disposez le composteur directement sur le sol en prenant soin
    de l’ameublir au besoin et de retourner le gazon
    , s’il y a lieu.
  • Humidité : Il est important que le tas de compost conserve un taux d’humidité constant. S’il manque d’eau, l’activité biologique ralentira. Par contre, s’il y en a trop, le tas de compost va souffrir d’un manque d’oxygène et se mettra à dégager une odeur de pourriture. Un compost qui a un bon taux d’humidité forme une boule lorsqu’il est pressé dans la main.


Pour plus d’information, consultez le guide de la firme Nova Envirocom « Le Compostage facilité » et les Écocapsules.

 

 

Questions fréquentes

 

Où puis-je me procurer un composteur ?

Il existe plusieurs marques de composteurs domestiques disponibles chez la plupart des quincailleries. La MRC de Sept-Rivières offre une subvention de 35 $ par composteur domestique acheté aux résidents de Port-Cartier, Sept-Îles et du secteur Lac Daigle et ce, peu importe la valeur du composteur. Un maximum de deux composteurs subventionnés est possible par résidence. Consultez les modalités du programme. Vous pouvez également fabriquer vous-même votre composteur domestique. Consultez le guide de la firme Nova Envirocom « Le Compostage facilité » pour des exemples faciles.

Où dois-je placer mon composteur ?

Le composteur doit d’abord être situé près de la maison, dans un endroit facile d’accès. Alors soyez fier de
composter et résistez à l’envie de le cacher derrière la remise ou le garage! Afin d’assurer des relations de bon
voisinage, assurez-vous que votre composteur soit situé à un minimum d’un mètre de la limite de votre terrain.
Choisissez un endroit bien drainé, semi ombragé et à l’abri du vent. Installez le composteur directement
sur le sol (retournez le gazon s’il y a lieu).

Comment entreposer les matières putrescibles dans la maison ?

Disposez d’un contenant hermétique près de l’évier de la cuisine afin d’y déposer au fur et à mesure les matières organiques. Ajoutez une feuille de papier journal au fond du contenant pour faciliter le transfert des matières dans le composteur.
Le papier journal se décomposera facilement dans le tas de compost.

Puis-je faire du compostage durant l’hiver ?

Bien sûr ! Si votre composteur est au fond de votre cour, vous pouvez installer un contenant couvert près de la maison pour accueillir plus facilement les matières putrescibles. La chute des températures ralentit l'activité microbiologique de votre tas de compost, mais le processus de décomposition reprendra avec le retour des beaux jours. Au printemps, ajoutez à votre mélange des matières riches en carbone comme des feuilles mortes afin d’obtenir l’équilibre carbone/azote qui favorisera le travail efficace des micro-organismes.

Que faire si mon compost dégage des odeurs nauséabondes ?

Si votre tas de compost dégage de mauvaises odeurs, c’est le signe d’un manque d’air ou d’un déséquilibre entre les matières riches en carbone et celles riches en azote. Ajoutez donc des feuilles mortes, de la paille ou de la terre et aérez un peu.

Mon tas de compost attire les mouches, que puis-je faire ?

Les mouches ne sont pas utiles au processus de compostage. Pour vous en débarrasser, assurez-vous de couvrir le tas de compost avec des matières brunes riches en carbone. Vous pouvez également le recouvrir de papier journal. Vérifiez aussi de ne pas déposer de matières à éviter.

Que faire s'il y a des fourmis dans mon composteur ?

La présence de fourmis dans le composteur est un signe que le tas de compost est trop sec ou qu'il contient trop de matières riche en carbone, les « bruns ». Vérifier d'abord si le compost manque d'eau (voir question suivante). Sinon, assurez-vous de rétablir l'équilibre entre les matières en ajoutant des matières riches en azote, les « verts ».

Comment savoir si mon tas de compost manque d'eau ?

Il suffit de prendre une poignée de compost dans vos mains afin de vérifier le taux d'humidité. Si le matériel s'effrite, le compost est trop sec. Si l'eau s'écoule entre les doigts, le tas est top mouillé. Lorsque le taux d'humidité est idéal, le tas forme une boule quand il est pressé (comme une boule de neige).

Puis-je composter du gazon ?

Les rognures de gazon composent 50 % de nos rebus durant la saison estivale. Il n’est donc pas recommandé de mettre toutes ces matières riches en azote dans le composteur. L’idéal est de faire de l’herbicyclage, c'est-à-dire de laisser les rognures de gazon sur la pelouse lors de la tonte.

En combien de temps mon compost sera-t-il prêt pour utilisation ?

Produire son compost prend de trois mois à trois ans selon notre façon de procéder. Néanmoins, si les règles de base concernant l’humidité et l’aération sont respectées, le compost est habituellement prêt en une année.

Est-il possible de faire du compostage à l’intérieur ?

Oui, grâce à un procédé appelé le vermicompostage. Avec des vers de terre rouges, un bac en plastique, du terreau
et de la motivation, vous pouvez produire votre propre engrais naturel à l’intérieur, en petites quantités et surtout,
sans odeur. À chaque jour, les vers mangent l’équivalent de leur poids pour le transformer en terreau. Après deux
à trois mois minimum, le vermicompost est prêt pour l’utilisation dans vos plantes intérieures et extérieures.
Informez-vous auprès des détaillants.

Vous avez une question sur le compostage ? Posez-la à l’Écopatrouille.