Question?
Quel pourcentage de nos ordures provient des milieux de travail?
Réponse...
Quoi de neuf?
FAQ
Plan du site
Nous joindre
MRC
Partenaires
Quoi de neuf?
Les habitudes des citoyens sous la loupe de l’Écopatrouille
Lundi 30 Octobre 2017 (Communiqué)

Au lendemain de la Semaine québécoise de réduction des déchets, la MRC de Sept-Rivières livre les résultats de deux analyses portant sur les habitudes des citoyens à l’égard de la gestion des matières résiduelles.  

 

Les écopatrouilleurs ont réalisé, lors de leurs visites résidentielles 2017, une évaluation des matières recyclables récoltées ainsi qu’un sondage auprès de la population. Ces collectes de données ont été réparties de manière représentative sur l’ensemble du territoire urbain et rural de la MRC afin d’obtenir un échantillonnage représentatif.

 

Évaluation de la quantité et de la qualité du contenu des bacs bleus

Près de 420 résidences ont fait l’objet d’une évaluation de la quantité et de la qualité des bacs bleus. Les résultats démontrent que 63 % des bacs de recyclage présentent une excellente qualité au niveau des matières récoltées, 32 % une bonne qualité et finalement, seulement 5 % de qualité passable à mauvaise. Les erreurs les plus fréquentes retrouvées sont : présence de déchets dans 16 % des bacs; matières souillées (10 %), plastiques non-recyclables (10 %) ainsi que résidus domestiques dangereux et matériel électronique (6 %). Ces résultats viennent confirmer les observations terrain réalisées par les écopatrouilleurs depuis la dernière décennie à l’effet que la qualité des matières est satisfaisante, mais que certains cas problématiques ciblés peuvent nuire au recyclage. De telles analyses seront poursuivies dans le futur notamment dans les industries, commerces et institutions où d’importantes problématiques subsistent à l’égard du recyclage.

 

Au niveau de la quantité de matières récupérées, les résultats démontrent que 32 % des bacs analysés étaient très peu remplis la semaine ou le jour-même de la collecte. En parallèle, un ménage sur quatre continue de trop utiliser son bac à ordures quand vient le temps de se départir de ses matières résiduelles. Ces données mettent en lumière l’un des constats de la MRC à savoir que bien que la qualité des matières récoltées est bonne, la quantité demeure insuffisante (taux de récupération des matières recyclables de 52 %[1]).

 

Sondage sur les habitudes et besoins en gestion des matières résiduelles

Un sondage composé de neuf questions a été réalisé auprès 710 répondants (marge d’erreur de 3,5 %).

 

Utilisation de l’écocentre

En moyenne, seulement 16 % des répondants n’ont jamais utilisé les services de leur écocentre. La proportion augmente néanmoins à Sept-Îles avec une personne sur cinq. Le ratio le plus élevé s’inscrit à Uashat mak Mani-utenam avec 64 %. C’est à Port-Cartier que les gens sont les plus habitués à utiliser ces services de récupération avec 5 % seulement de gens qui n’y sont jamais allés. Cela démontre que la population s’est bien approprié ce service depuis sa création en 2007 (2014 pour celui de Sept-Îles). Parmi les raisons évoquées de ne pas utiliser l’écocentre, 38 % des citoyens de la MRC ont indiqué ne pas connaître ces services avant la visite de l’Écopatrouille. Dans la communauté autochtone, cette proportion s’élève à 78 %. Du travail de promotion des services demeure ainsi à faire dans certains secteurs.

 

Connaissance des aires de réception des matières résiduelles

Dans les dernières années, les municipalités ont mis en place des aires de réception des matières résiduelles (ARMR) servant à bonifier les services pour les secteurs en périphéries des centres urbains. Aménagées tels de petits écocentres, les ARMR permettent aux résidents des secteurs ruraux de se départir de certaines matières. Bonne nouvelle, dans les secteurs ruraux concernés, la grande majorité des résidents sont bien informés de la présence de ces services de proximité (Moisie : 91 % et Rivière-Pentecôte : 76 %). Sur l’ensemble du territoire par contre, 60 % des répondants ne connaissaient pas encore l’existence de ces nouveaux services.

 

Compostage domestique

Au niveau de la gestion des matières organiques, 19 % des citoyens de la MRC réalisent du compost domestique sur une base régulière. La proportion est légèrement plus élevée à Sept-Îles (23 %) qu’à Port-Cartier (18 %). De plus, on remarque que la pratique du compostage est plus élevée dans certains secteurs spécifiques, tels que Moisie ou les quartiers de Sainte‑Famille, Marie-Immaculée et Mgr-Blanche à Sept-Îles (25 à 30 %).

 

Ces données concordent avec les statistiques de ventes de composteurs domestiques du programme incitatif de la MRC et les données des précédents sondages de l’Écopatrouille. Selon l’organisation, les gains ont été réalisés dans les premières années du programme (débuts en 2008) et cette proportion ne devrait que faiblement augmenter; les gens intéressés s’étant déjà prévalu de l’opportunité d’acquérir un composteur à moindre coût.

 

Participation à une collecte municipale des matières organiques

Quant à la venue d’une collecte des matières organiques, 83 % des citoyens seraient disposés à déposer leurs résidus alimentaires et résidus verts dans un troisième bac collecté à la maison. Cette proportion est plus importante à Port-Cartier avec 90 % contre 75 % à Sept-Îles. Cette adhésion chute cependant à 41 % quand on demande aux résidents s’ils sont disposés à aller les porter à chaque semaine dans un site d’apport volontaire, comme un composteur de quartier. Ces données éclaireront les municipalités dans le choix du système de collecte des matières organiques qu’ils doivent mettre en place d’ici 2020.

 

Rappelons que l’Écopatrouille est un projet découlant de la mise en œuvre du Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) révisé 2016-2020 visant notamment à réduire de 25 % l’enfouissement de nos matières résiduelles. Au total, le travail de l’équipe de sensibilisation contribue activement à la réalisation de 20 des 50 mesures prévues au plan d’action du PGMR.

 

Ce projet est rendu possible grâce à l’implication majeure des membres fondateurs, soit la MRC de Sept-Rivières, la Ville de Port-Cartier et la Ville de Sept‑Îles. L’Écopatrouille souligne également le soutien fidèle d’Aluminerie Alouette, d’Innu Takuaikan Uashat mak Mani-utenam et de la Corporation de protection de l’environnement de Sept-Îles et remercie l’ensemble de ses partenaires pour leur mobilisation.

 

- 30-

 

 

Source :           Caroline Cloutier, conseillère en environnement et développement durable

                        MRC de Sept-Rivières

                        418 962-1900, poste 3226 | caroline.cloutier@mrc.septrivieres.qc.ca

                        www.ecopatrouille.org

 



[1] PGMR Révisé 2016-2020, MRC de Sept-Rivières (données 2013)